La cure de détox’ au printemps – Partie 2 : comment ?

artichautVous voici donc convaincu.e.s, motivé.e.s., prêt.e.s à commencer votre cure de détox’ ! En premier lieu, il faut savoir qu’il y a toujours un ordre à respecter dans le nettoyage des émonctoires, ordre pertinent compte tenu du cycle naturel de la digestion et de l’élimination. On pense généralement à la surcharge de notre foie, mais les intestins sont souvent négligés. Or, si le foie est nettoyé tandis que les intestins sont bloqués ou tout simplement pleins, on risque fort de se ré-intoxiquer, car tout ce que l’on souhaite éliminer va tourner en circuit fermé dans notre système digestif…

Commencez donc par des plantes laxatives qui vous permettent de bien « vider » vos intestins. Attention : il ne s’agit pas de se faire violence… Les doses doivent être suffisantes mais modérées, à moins que vous n’ayez tendance à la constipation chronique et persistante. Certaines de ces plantes sont déconseillées si vous avez les intestins fragiles, comme le syndrome du côlon irritable. On choisira des plantes comme le séné (une petite dose est suffisante!), la cascara sagrada, le psyllium, les graines de lin… Commencer le soir, la veille du jour numéro 1 de votre cure, puis continuer 1 ou 2 autres soirs de suite, en étant attentifs aux signes, symptômes, réussites et limites de votre organisme.

C’est alors au tour du foie, avec son lot de plantes amères, qui activent la production et l’élimination de la bile. Ma favorite est l’artichaut ; mais personnellement, j’aime le goût de l’amertume, ce qui n’est pas le cas de tout le monde. Alors vous pouvez opter pour d’autres, comme le boldo, le chardon-béni, le romarin, le radis noir

On va ensuite nettoyer les reins, grâce aux plantes diurétiques (dont certaines sont aussi minéralisantes, ce qui permet d’éviter les pertes d’électrolytes) : l’ortie, la verge d’or, le pissenlit, le bouleau…

Et pour finir, les plantes dépuratives du sang et de la lymphe vont entrer en scène : la calendule, la bardane, le trèfle rouge… Par l’élimination des toxines au niveau des fluides, à terme, elles aideront les nutriments à atteindre plus efficacement les cellules-cibles.

Il est important de prendre toutes ces plantes 1 à 3 fois par jour (sauf pour les laxatives), pour une durée de 5-7 jours minimum à chaque étape (sauf celle des intestins !). La forme à privilégier est toujours la tisane, car son côté hydratant aidera grandement à éliminer. Mais selon votre activité de la journée, il est possible de se tourner vers d’autres formes galéniques plus pratiques d’utilisation.

Tout au long de la cure, il faudra penser à boire beaucoup d’eau, même si les plantes sont consommées par le biais de tisanes. Pour plus d’efficacité, un régime alimentaire sain et équilibré est fortement recommandé.

Notez que tout ceci est un protocole « standard »… Des cures plus longues ou plus courtes, plus douces ou plus intenses peuvent être nécessaires. Le choix de chaque plante peut également se faire de façon plus spécifique, en fonction d’un bilan de santé, et adapté aux éventuelles fragilités de chaque personne. Le moment d’introduire la cure au cours d’un traitement peut également être important : en cas de pathologie grave/durable ou de fatigue chronique par exemple, la détoxification peut épuiser le malade et même augmenter l’intensité des symptômes… Dans de telles conditions, l’idéal reste donc de consulter votre thérapeute, qui saura adapter le traitement à votre cas.

Pour suivre notre actualité, aimez notre page Facebook !

Contact

3 réflexions au sujet de « La cure de détox’ au printemps – Partie 2 : comment ? »

  1. Bonjour ! Je n’ai pas bien compris, on s’occuper chaque semaine d’un organe différent ou est-ce qu’on peut prendre toutes les plantes en même temps ?

    • Bonjour, il faut bien prendre les plantes à la suite les unes des autres, pour s’occuper effectivement d’un organe à la fois. Ceci dit, cette règle n’est pas coulé dans le béton. Il est possible de prendre 2 plantes à la fois. On le fait souvent avec le pissenlit et la bardane, 2 plantes qui ont une excellente synergie. De plus, le pissenlit agit à la fois sur le foie et les reins. La bardane, elle, est une altérative du sang et de la lymphe. Dans ce cas, on peut prolonger un peu la cure avec ces 2 plantes. Mais de façon générale, c’est bien de respecter l’ordre des émonctoires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s