Changement de saison – bienvenue au printemps

5elements

 

Bien qu’il ne soit pas encore visible, le printemps est là depuis le 4 février, selon les principes de la philosophie chinoise. Il durera jusqu’au 17 avril. L’hiver est donc fini, le Yin décroît et le Yang recommence à croître. Le Printemps correspond à l’élément Bois.

Le Mouvement Bois représente la force d’activation et de croissance qui s’affirme au départ d’un cycle, il correspond à la naissance du Yang. Le Bois est une force active et volontaire comme la force puissante et primitive de la vie végétale qui germe, croît, émerge du sol et s’élève vers la lumière. Le Bois se courbe et se redresse.

C’est la période idéale pour recevoir un shiatsu. C’est l’occasion d’harmoniser l’énergie de votre corps avec celle de la saison et vous permettre de la vivre pleinement.

Lorsque l’énergie du Foie et de la Vésicule biliaire est équilibrée, le désir de créer, de transmettre, la clarté et la vivacité d’esprit, la lucidité et le calme sont disponibles, ainsi que les rêves riches, car le Foie est “le maître des rêves” ; l’image qui est associée est celle d’un “promeneur libre et aisé”.

En revanche, si cette énergie est trop forte, c’est la colère, l’irritation, l’exigence exagérée, l’insomnie et les maux de tête qui nous guettent !… Trop faible, c’est la procrastination : il nous devient alors impossible de passer à l’action, de vivre l’instant présent en prenant les bonnes décisions. Les signes en sont aussi des réveils difficiles, des soupirs fréquents.

Le grand « nettoyage de printemps » est particulièrement salutaire dans la maison mais aussi en nettoyant le Foie doucement (artichaut, radis noir, romarin, bardane, fumeterre, chardon marie, chicorée, chrysantellum américanum, desmodium, ubier de tilleul, sève de bouleau).
Le jus d’un demi-citron dans un verre d’eau le matin pourra être également bienvenu, attention cependant à l’excès d’acide qui risque de blesser les tendons, les muscles et les ongles (tissus reliés au Bois). Un jeûne court régulièrement va également aider au drainage.

Auto-massages :
– Faire régulièrement un palming des yeux (frotter vigoureusement les mains l’une contre l’autre jusqu’à échauffement puis les poser en coupe sur les yeux sans appuyer sur les globes oculaires pour obtenir l’obscurité la plus totale), surtout si vous travaillez sur écran (valable toute l’année mais particulièrement au printemps). Recommandé: 3 minutes de palming toutes les heures.
– Fermer les yeux et appuyer délicatement sur les globes oculaires avec les doigts joints, écarter les mains comme pour brosser l’œil vers l’extérieur. A faire 5 fois régulièrement (avant le palming par exemple)
– Poser vos mains en coupe sous les seins (voir image en bas de page, localisation exacte sous le mamelon, entre la 6e et 7e côte) et laissez la zone se détendre.

la marche consciente :

La marche permet de se délier, de se délasser, de se dégourdir, nous libère de l’emprise hivernale et mobilise un très grand nombre de muscles. Le printemps ranime la mobilité du corps, et pour en profiter, la souplesse et l’élasticité des muscles et des tendons est nécessaire ; mais il existe une fragilité particulière à cette saison, aggravée par le VENT. En MTC, il représente une énergie dite “perverse” qui amplifie les effets négatifs du froid et de l’humidité.  Les signes principaux d’une “attaque de Vent” sont des symptômes variés qui se déplacent sans cesse dans le corps : tel jour une douleur au genou, le lendemain une migraine, plus tard les yeux larmoyants, des frissons, etc…

Profitez du retour des beaux jours pour prendre l’air, pour faire des petites marches dans la nature qui se réveille tout doucement également. Mais n’oubliez pas de vous protéger Les zones du corps particulièrement sensibles au vent, qui sont : la nuque, le haut du dos et les épaules.

Bon printemps.

Pâques et les chocolats…


oeufs-de-paques-decores-pdi-63 Lorsqu’on a des enfants et qu’on est gourmand – et même si l’on ne fête pas les rites chrétiens – on ne résiste pas aux sempiternels chocolats de Pâques. Ils n’ont finalement pas grand-chose à voir avec la tradition judéo-chrétienne, puisque, il y a 5000 ans, lors d’occasions particulières, les Perses, les Gaulois et les Romains s’offraient déjà des oeufs, qui symbolisaient le renouveau et la fécondité.

La décoration des oeufs (peinture, pierres précieuses) remonte à la Renaissance, et cette pratique pourrait représenter la fin du Carême de 40 jours. Le chocolat, lui, fait son apparition dans les coquilles d’oeuf au 19ème siècle. Pour se régaler sans culpabilité, il est maintenant facile de trouver des alternatives saines, biologiques, sans lait. Toutefois, attention à la surcharge de sucre ! Le chocolat, dit-on, surcharge le foie. En réalité, c’est surtout le sucre qui est dommageable ; le cacao maigre, en soi, est plutôt inoffensif, voire excellent pour la santé (il y a de grands débats sur le sujet auquel nous ne prendrons pas part ; chez nous, on aime tout simplement le cacao !). Le sucre, outre le fait qu’il affaiblit le système immunitaire, peut en effet être lourd pour le système digestif ; tant pour le foie, qui peine à l’assimiler, que pour les intestins, car il nourrit nos hôtes à levures qui prennent alors leurs aises et en viennent à proliférer anormalement (générant une candidose intestinale).Voir notre article sur le méridien du Foie en médecine traditionnelle chinoise.

Je profite de l’occasion pour de partager ma recette de gâteau au chocolat, une recette de tradition familiale, revue et corrigée par mes soins et par la nécessité de l’adapter à certaines restrictions alimentaires intra-familias (sans gluten, sans produit laitier, et éventuellement sans oeufs) :

250 g de chocolat pâtissier 70% ou mi-amer (biologique de préférence !) – 20 g de crème liquide végétale – 25 g de farine de riz – 25 g de poudre d’amandes – 30-40 g de sucre brut ou de sucre de coco (que l’on peut remplacer avantageusement par 50 à 100 g de dattes passées au mixeur) – 4 œufs, que l’on peut remplacer, pour une version végétalienne, par 300 à 400 g de pois chiches cuits, égouttés, mixés – 1 cuillère à thé de poudre à pâte (« levure à gâteaux » pour les Français) ou de bicarbonate de soude – 1 cuillère à table (= à soupe) d’hydrolat de fleur d’oranger et/ou quelques gouttes d’essence de vanille.

Ramollir les dattes en les plongeant quelques minutes dans l’eau bouillie. Mélanger les jaunes et le sucre / les dattes. Faire fondre le chocolat et la crème à feu doux, au bain-marie. Attendre que le chocolat tiédisse, et l’ajouter aux jaunes. Ajouter poudre d’amandes + farine + levure. Faire monter les blancs en neige, et les incorporer au mélange sans « casser » les blancs.

Pour la version végétalienne, ajouter simplement la pâte de pois chiches au mélange dattes + chocolat fondu + poudre d’amandes/farine + levure. Ajouter enfin l’hydrolat et/ou la vanille. Cuire 10 mn à 210°C (thermostat 7) puis 10 mn à 150 °C (thermostat 5). Laisser refroidir. Au moment de la sortie du four, la lame du couteau ne doit pas être sèche : pour s’assurer un bon moelleux, le centre du gâteau ne doit pas être cuit.

BON APPETIT ! Et Joyeuses Pâques… Ou joyeuse célébration païenne de l’arrivée du printemps !

Pour suivre notre actualité, aimez notre page Facebook

Contact

L’élément Bois (1ère partie)

CALENDRIER ÉNERGÉTIQUE
calendrier énergétique

Photo : L’art et la voie du Shiatsu familial – Bernard Bouheret

D’après le calendrier énergétique, l’année est divisée en huit périodes. Il y a quatre périodes de soixante-treize jours pour les quatre saisons : printemps, été, automne et hiver, ainsi que quatre périodes d’inter-saison de dix-huit jours, qui font au total soixante-treize jours également. Du 15 février jusqu’au 27 avril, on est  sous l’influence de l’élément bois.
La force primitive du besoin de vivre, de croître et d’agir est une caractéristique de l’élément bois, cette force d’ascension se faisant vers le ciel et la lumière.
Lorsqu’on regarde la nature, le bois représente le printemps ; et l’homme au printemps s’éveille lui aussi, il ressent le besoin de faire peau neuve, de se dégager du ralentissement et de ce retour vers l’intérieur dans lesquels l’avait plongé l’hiver, et se remettre en mouvement pour aider le corps à se désengourdir et à se nettoyer, pour faire le grand ménage de printemps.
Le vent (un des six facteurs pathogènes) est l’influence climatique associé à l’élément bois et au printemps. Il peut s’allier au froid, à la chaleur ou à la sécheresse. Apprendre à être comme le vent, libre de souffler dans toutes les directions, nourrit le bois qui est en nous. La mobilité s’avère une des caractéristiques majeures du vent, et la personne dont l’élément bois est dominant a besoin de mouvement et de changement dans sa vie. De façon générale, lorsque l’élément bois est en équilibre, il va nourrir l’élément feu, et alors le désir de créer se fait ressentir.
L’élément bois contrôle les muscles et les tendons. Toute activité physique qui privilégie les étirements musculaire permettra à l’énergie du foie (organe de l’élément bois) de circuler librement.
A l’image de la nature qui s’éveille doucement au printemps sortant de ce sommeil hivernal, on doit alors observer nos attitudes, nos habitudes (activité plutôt intellectuelle, statique, privilégiant la position assise…) et les modifier doucement. Mettre plus de mouvement dans notre quotidien mais en gardant à l’esprit la tempérance, et les étirements.  La marche caractérise l’élément bois, elle permet de mettre les muscles en mouvement (sans aller dans l’extrême), de se dégourdir, et de favoriser la détoxification du corps après le « sommeil » hivernal. Il faut être à l’exemple du chat qui s’étire de la pointe des moustaches jusqu’au bout de la queue.

Étirements de la vésicule biliaire :

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Etirement du foie :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour suivre notre actualité, aimez notre page Facebook !

Contact